Navigation – Plan du site

Editorial

Fabio Bruschi et Eva Mancuso

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation générale des deux numéros consacrés à Althusser, voir Fabio Bruschi et Eva Ma (...)

1Le huitième numéro des Cahiers du GRM poursuit les recherches entamées dans le numéro précédent autour du rapport entre politique et subjectivité dans la pensée de Louis Althusser1.

2Les trois premiers articles reprennent le discours sur la portée politique du matérialisme historique d’Althusser, telle qu’elle se révèle en particulier à partir des textes des années 70-80 sur le matérialisme de la rencontre, sur la crise du marxisme et sur Machiavel.

3L’article de G.M. Goshgarian établit, à travers une étude fine de textes publiés et inédits, la présence implicite d’une théorie de la rencontre dans la pensée d’Althusser depuis son premier ouvrage sur Montesquieu. Il dévoile aussi le principe politique de cette théorie en la mettant en rapport avec le concept de dictature de classe, qu’Althusser défend également de manière larvée dès les années 50 afin de critiquer l’illusion révisionniste du PCF selon laquelle l’État capitaliste pourrait être démocratisé de l’intérieur jusqu’à atteindre le socialisme, sans en passer par une rupture révolutionnaire.

4La question du statut du matérialisme historique dans la pensée althussérienne à partir de la moitié des années 70 est également au cœur de l’article de Irene Viparelli. Se concentrant sur les écrits consacrés à la crise du marxisme, cet article montre comment le « tournant ontologique » d’Althusser peut être compris comme résultant d’une nécessité théorique inscrite dans sa pensée en tant que pensée de la révolution. La révolution ne peut en effet être pensée qu’à partir de sa discontinuité par rapport à l’histoire, c’est-à-dire en refusant son lien dialectique avec le capital en tant que présupposé de la société, ce qui conduit Althusser à l’enraciner dans l’absence de fondement ontologique de l’être.

5L’article de Hervé Oulc’hen appréhende la pensée d’Althusser dans les années 70 depuis son rapport à Machiavel, qui constitue en quelque sorte l’autre face de sa reformulation du matérialisme historique à partir d’une théorie de la rencontre. Il questionne la manière dont Althusser utilise la singularité du dispositif théorique machiavélien pour repenser les rapports entre théorie et pratique. Afin de mettre en évidence la spécificité de l’interprétation althussérienne, l’auteur confronte la réflexion d’Althusser sur Le Prince comme « utopie théorique » à la lecture de Machiavel élaborée par Gramsci dans les années 1930. À l’occasion de cette réflexion sur la fonction idéologique du Prince, il met également en parallèle Althusser et Sartre à partir de leurs interprétations du 18 Brumaire. H. Oulc’hen questionne finalement l’écart qui sépare l’interprétation althussérienne de Machiavel, centrée sur la solitude du prince, et la lecture développée par Merleau-Ponty, qui souligne l’attention portée par Machiavel au rapport du prince à ses sujets, et plus généralement au rapport à autrui. La confrontation incessante entre phénoménologie et structuralisme permet à l’auteur de questionner la pensée d’Althusser sous un angle original.

6Si la reconstruction althussérienne du matérialisme historique à partir d’une théorie de la contingence historique se noue à une conception bien précise de la politique, cette dernière peut en même temps être retracée à partir de sa conception de la science et de l’idéologie.

7Fabrizio Carlino propose une étude passionnante de la préhistoire de la reformulation althussérienne du matérialisme dialectique en clé épistémologique. Il se penche sur le travail pionnier mené aux années 30 par les intellectuels du Cercle de la Russie neuve afin de saisir, d’un côté, dans quelle mesure leur relecture de Marx à partir de la philosophie de la nature hégélienne, se distinguant de l’ontologisation engelsienne de la dialectique, anticipe la pensée althussérienne et, de l’autre, les raisons du refoulement dont, en partie à cause d’Althusser lui-même, cette tentative a été par la suite frappée. Cet article aboutit alors à l’affirmation qu’une nouvelle alliance entre l’épistémologie d’Althusser et la philosophie de Hegel serait capable de rétablir la portée proprement politique de l’autonomie relative de la théorie, c’est-à-dire d’aborder à nouveaux frais le rapport entre vérité, histoire et politique.

8L’article de Jessica Borotto aborde de son côté plus directement la question de la subjectivation chez Althusser en revenant sur sa théorie de l’interpellation idéologique à partir de l’interprétation qu’en a proposée Judith Butler. L’attention portée par Butler à la dimension psychique du pouvoir permet de complexifier la perspective althussérienne en interrogeant les sources d’une relation critique aux conditions d’émergence du sujet.

  • 2 Etienne Balibar, Yves Duroux, Fabio Bruschi, Eva Mancuso, « Althusser : une nouvelle pratique de la (...)

9Ce numéro se clôt sur la deuxième partie de notre conversation avec Étienne Balibar et Yves Duroux, qui s’attaquent ici à la question des rapports entre science, politique et idéologie, ainsi qu’à la place de Spinoza et de la psychanalyse dans la pensée d’Althusser. Le lecteur trouvera la première partie de l’entretien dans le septième numéro des Cahiers du GRM2.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation générale des deux numéros consacrés à Althusser, voir Fabio Bruschi et Eva Mancuso, « Editorial », in Cahiers du GRM, 7, 2015, mis en ligne le 07 juin 2015 (consulté le 15 novembre 2015) URL : http://grm.revues.org/584.

2 Etienne Balibar, Yves Duroux, Fabio Bruschi, Eva Mancuso, « Althusser : une nouvelle pratique de la philosophie entre politique et idéologie. Conversation avec Étienne Balibar et Yves Duroux (Partie I) », in Cahiers du GRM, 7, 2015, mis en ligne le 07 juin 2015 (consulté le 15 novembre 2015) URL : http://grm.revues.org/641.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabio Bruschi et Eva Mancuso, « Editorial », Cahiers du GRM [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 29 mai 2016. URL : http://grm.revues.org/678

Haut de page

Auteurs

Fabio Bruschi

Fabio Bruschi est assistant et doctorant à l’Université catholique de Louvain où il mène une recherche sur les rapports entre idéologie, action collective et intervention intellectuelle à partir de la pensée de Louis Althusser.

Articles du même auteur

Eva Mancuso

Eva Mancuso est aspirante FRS-FNRS attachée à l’UR MAP de l’Université de Liège. Elle mène actuellement une thèse de doctorat intitulée : « Cl. Lefort et L. Althusser : lecteurs de Machiavel ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© GRM - Association

Haut de page
  • Revues.org