Navigation – Plan du site

L'aigle et le corbeau

Le problème de la répétition idéologique dans Le Dix-huit Brumaire de Marx. Retour sur P.-L. Assoun, Marx et la répétition historique
Livio Boni

Résumés

Courte note qui restitue le coeur de l’analyse du 18 Brumaire par Assoun, dont l’originalité consiste dans une lecture freudienne de la conception de la répétition chez Marx, d’où ressort comment la répétition historique tire son efficace d’un noyau inconscient, et on amorce la différenciation, qui sera reprise par Derrida, entre spectre-esprit (Geist) et spectre-fantôme (Gespenst) en histoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 P.-L. Assoun, Paris, PUF, 1978, rééd. coll. « Quadrige », 1998.

1Le Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte condense, dans l’anachronisme même de son titre, un motif majeur du diagnostic politique qu’il avance : le motif de la répétition historique, motif qui se trouve avoir été insuffisamment analysé par le marxisme lui-même et les lecteurs de Marx. C’est du moins la thèse exposée par Paul-Laurent Assoun dans son Marx et la répétition historique1.

  • 2 Ibid., p. 64-67.
  • 3 Ibid., p. 161.

2Il ne s’agit point, précise l’auteur, de repérer chez Marx une pensée de la répétition métaphysique en tant que telle – « quelque nietzschéisme ou vichisme s’imposant malgré lui » – car la question de la répétition historique y demeure indissociable du problème de l’analyse du fait historique, sans se rabattre à aucun moment sur une philosophie de la répétition2. Assoun insiste en fait sur la « logique matérialiste » de la répétition chez Marx, mais sa lecture se concentre essentiellement sur la question qu’occupe, dans un tel « processus », la « science de l’imaginaire idéologique », considérée comme le point de raccord entre le Marx « de la science sociale » et le Marx « de la théorie de la praxis historique »3. D’où l’importance du texte de 1852 Le Dix-huit Brumaire : celui-ci serait lisible comme une analyse in vivo de l’efficacité socio-historique d’un certain imaginaire, en particulier celui de la petite propriété paysanne parcellaire française, dont Marx fera, à la fin de son texte, la base sociale sur laquelle Louis Bonaparte peut asseoir après-coup sa base de masse, grâce au plébiscite du 20-21 décembre 1851 ratifiant le coup d’État.

La puissance du fantasme historique : l’exemple de la paysannerie française

  • 4 Ibid., p. 222.

3Ainsi, la partie la plus originale de l’essai d’Assoun se situe dans le Livre III, « Histoire et répétition. L’idéologie de la classe paysanne », où il propose l’idée d’un « statut matérialiste du fantasme »4 permettant de comprendre l’identification paradoxale dont Napoléon III a pu faire l’objet de la part de la petite paysannerie française, à l’époque la classe la plus nombreuse, mais dépourvue de toute unité organique car dispersée dans l’espace et composée de parties sans relation entre elles (« un peu comme des pommes de terre dans un sac forment un sac de pommes de terres », selon la célèbre image marxienne). Dès lors, pour la petite paysannerie familiale, la figure (imaginaire) du « petit Napoléon » fonctionnerait comme agent extérieur de subjectivation, en vertu de la fonction unificatrice du fantasme du retour de l’Empereur en tant que garant du rapport à la terre et propriétaire d’une parcelle totalisante : la Nation.

4Si en fait Marx, au cours du VII chapitre du Dix-huit Brumaire, s’attarde sur une analyse socio-économique détaillée du changement de condition de la petite propriété paysanne en France, entre Napoléon I (accès de masse à la petite propriété suite aux grandes campagnes militaires, dynamisme social) et Napoléon III (paupérisation, endettement de la petite propriété, régime des hypothèques, repli sur une économie familiale de survie qui fait des seize millions de petits paysans français « une masse de troglodytes »), s’il fournit en somme une série d’analyses objectives sur le changement de statut économico-politique de la paysannerie parcellaire, il ne manque pas de suggérer un niveau plus subjectif du processus, dans un passage qu’Assoun met en exergue, en en faisant le lieu de polarisation de sa lecture.

5Dans ce passage « l’esprit » (Geist) de Napoléon I revient sous la forme du « spectre » (Gespenst) de Napoléon III, et les emblèmes du premier (l’armée, l’uniforme, la guerre, la Nation comme parcelle infinie de terre...) reviennent sous une forme agonisante et hallucinatoire, déformant le changement de statut socio-politique de la classe paysanne, qui est désormais, en réalité, plus un poids mort qu’un élément propulseur du changement historique :

« Le point culminant des idées napoléoniennes est enfin la prépondérance de l’armée. L’armée était le point d’honneur des paysans parcellaires, eux-mêmes métamorphosés en héros, défendant la nouvelle propriété à l’extérieur, révérant leur nationalité fraîchement acquise, pillant et révolutionnant le monde. L’uniforme fut leur propre costume politique, la guerre fut leur poésie, la parcelle, allongée et arrondie en imagination (Phantasie), fut la patrie, et le patriotisme la forme idéale du sens de la propriété. Mais les ennemis contre lesquels le paysan français doit maintenant défendre sa propriété ne sont pas les cosaques, ces sont les huissiers et les percepteurs. La parcelle ne figure plus dans la prétendue patrie, mais dans le registre des hypothèques. L’armée elle-même n’est plus la fleur de la jeunesse paysanne, elle est la fleur marécageuse du lumpenprolétariat paysan. Elle se compose en majeure partie de remplaçants, des substituts, tout comme le second Bonaparte lui-même n’est que le remplaçant, le substitut de Napoléon (…)

  • 5 K. Marx, Le Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte (1848), tr. fr. G. Chamayou, Paris, Flammarion, 20 (...)

On le voit : toutes les « idées napoléoniennes » sont des idées de la parcelle non développée, de la parcelle dans la fraîcheur de la jeunesse, elles sont un contre-sens pour la parcelle vétérante. Elles ne sont que les hallucinations de son agonie, mots qu’on a métamorphosés en phrases, esprits [Geister] qu’on a métamorphosés en spectres [Gespenster]. Mais la parodie de l’impérialisme était nécessaire pour délivrer la masse de la nation française du poids de la tradition et faire ressortir dans toute sa pureté l’antagonisme entre le pouvoir d’État et la société ».5

6Cet extrait est capital, car Marx y résume l’essentiel de son diagnostic de clinicien de l’imaginaire de classe :

7a. L’avènement de Napoléon III et la fin de la IIe République se présentent comme une répétition dégradée de l’avènement de Napoléon I.

8b. Le sujet social de masse sur lequel un tel événement dégradé peut s’appuyer demeure le même que lors de l’avènement de l’Empire de 1799 : la petite paysannerie parcellaire. Sauf que le statut socio-économique de cette dernière a radicalement changé : elle n’est plus une force motrice d’appropriation de la nation et d’expansionnisme militaire, mais une masse appauvrie, endettée, dépendante du capitalisme financier.

9c. C ’est à ce moment-là qu’intervient un effet d’hallucination idéologique : face à sa nouvelle condition, la masse des petits paysans français, qui n’est pas une « classe » – faute de pouvoir se présenter comme telle – accueille le « petit Napoléon » en « maître », comme celui qui, par la seule magie de son nom, pourra la re-présenter sur le théâtre national et sur la scène de l’histoire, en lui restituant une centralité imaginaire.

  • 6 Assoun rappelle qu’il existe aussi une source plus secrète de cette célèbre maxime : dans un passag (...)

10d. Marx semble ainsi distinguer la forme de l’idéologie paysanne au début du XIXe siècle, qui sublime sa condition de nouvelle-venue de la nation (accès à la propriété, à l’armée, à la citoyenneté) dans l’esprit de l’Empire, en accomplissant ainsi son « rôle historique », de celle d’après 1848, où il s’agirait davantage de « déformation », ou de « transformation dans le contraire », pour le dire en termes freudiens, que de sublimation. Tout se passe en fait comme si on était en présence de deux formes du travail idéologique : une forme positive, productive, sublime (l’« esprit » de Napoléon) ; et une forme négative, supplétive, fétichisante (« les spectres » des idées napoléoniennes). C’est d’ailleurs ce que Marx déclare dans le célèbre incipit du livre : « Hegel remarque quelque part que tous les grands faits et les grands personnages de l’histoire universelle adviennent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d’ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde comme farce »6.

  • 7 K. Marx, Le Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte, op. cit., p. 188.

11e. Toutefois une telle répétition n’est pas une « compulsion à la répétition » stérile ou mortifère, étant donné qu’elle demeure intelligible du point de vue dialectique. Non seulement, comme le conclut Marx, la « parodie de l’impérialisme était nécessaire pour délivrer la masse de la nation française du poids de la tradition » (fonction cathartique de la répétition ?), mais elle fait désormais « ressortir dans toute sa pureté l’antagonisme entre le pouvoir d’État et la société » (voir les analyses marxiennes du deuxième Empire comme construction d’un double étatique de la société)7, c’est-à-dire travaille à la détermination de nouvelles conditions de possibilité historique.

La tradition révolutionnaire

  • 8 Voir P.-L. Assoun, Marx et la répétition historique, op. cit., p. 203-218.

12Signe de son importance aux yeux du Marx de 1852, le problème de la répétition historique ne se borne pas à informer la compréhension de l’issue du 48 en France du côté de son résultat politique général (plan économico-politique), mais s’étend à la question de la répétition idéologique au sein du sujet révolutionnaire lui-même (philosophie de la praxis). C’est toute la question de la « tradition révolutionnaire », autre point que le livre d’Assoun aide à bien pointer8, se concentrant encore une fois sur un passage précis, au début du texte de Marx :

« Les hommes font leur propre histoire, mais il ne la font pas de toutes pièces, dans des circonstances qu’ils auraient eux-mêmes choisies, mais dans des circonstances qu’ils trouvent immédiatement préétablies, données et héritées. La tradition de toutes les générations disparues pèse comme un cauchemar [lastet als ein Alp] sur le cerveau des vivants. Et, au moment où ils semblent le plus occupés à se bouleverser eux-mêmes et à bouleverser les choses, à créer quelque chose qui ne s’est jamais vu, c’est justement là, dans de pareilles époques de crise révolutionnaire, qu’ils incantent anxieusement les esprits du passé, les appelant à la rescousse, leur empruntant leurs noms, leurs mots d’ordre et leurs costumes, pour jouer, sous ce déguisement vénérable et dans cette langue d’emprunt, les nouvelles scènes de l’histoire universelle. Ainsi, Luther prenait le masque de l’apôtre Paul, la révolution de 1789-1814 se drapait tour à tour en République romaine ou en Empire romain, et le révolution de 1848 ne sut rien faire de mieux que de parodier tantôt 1789, tantôt la tradition révolutionnaire de 1793-1795 (…).

  • 9 K. Marx, Le Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte, op. cit., p. 50-53.

Lorsqu’on examine ces incantations des morts dans l’histoire universelle, une différence saute tout de suite aux yeux. Camille Desmoulins, Danton, Robespierre, Saint-Just, Napoléon, les héros, comme les partis et les masses de l’ancienne Révolution française, accomplirent en costume romain et avec des phrases romaines les tâches de leur temps : libérer de ses chaînes et instituer la société bourgeoise moderne (…). La révolution des morts servait donc dans ces révolutions à magnifier les nouvelles luttes et non à parodier les anciennes, à exagérer dans l’imagination [Phantasie] le problème donné, et non à fuir devant sa solution dans la réalité, à retrouver l’esprit [Geist] de la Révolution et non à faire revenir leur spectre [Gespenst] ».9

13On retrouve ici la différence entre deux formes de répétition imaginaire, fantasmatique : une répétition sublime et puissante, capable de convoquer l’esprit, le Geist de l’Histoire, au moment où elle réalise « ses tâches » (quitte à devoir se travestir, se dissimuler à elle-même en partie son « contenu » inédit, comme toutes les révolutions bourgeoises), et une répétition parodique et impuissante, capable de conjurer le spectre (Gespenst) de l’Histoire, mais guère son esprit, catégorie au sein de laquelle Marx range « la période 1848 à 1851 », en concevant la possibilité d’une émancipation du sujet révolutionnaire par rapport à l’alternative entre l’esprit et le spectre :

  • 10 Ibid., p. 55. Tout Spectres de Marx de Jacques Derrida tourne autour de la difficulté d’une telle d (...)

« Le Révolution sociale du XIXe siècle ne peut pas tirer sa poésie du passé, mais seulement de l’avenir. Elle ne peut pas commencer avec elle-même avant de s’être défaite de toute superstition à l’égard du passé. Les révolutions antérieures avaient besoin des réminiscences de l’histoire universelle pour s’étourdir sur leur propre contenu. La révolution du XIXe siècle doit laisser les morts enterrer leurs morts pour en venir à son propre contenu. Là, la phrase excédait le contenu ; ici, le contenu dépasse la phrase ».10

  • 11 Voir P.-L. Assoun, Marx et la répétition historique, op. cit., p. 215 et suiv.
  • 12 Ibid., p. 259 et suiv.
  • 13 Ibid., p. 217.

14On voit bien le problème que pose une telle prescription théorique : elle suppose qu’il soit possible de dépasser la répétition imaginaire dans une praxis « transparente » à elle-même, résolument tournée vers l’avenir et non plus vers le passé, capable de faire d’une telle orientation une règle de subjectivation immanente11. Toutefois, comme le remarque Assoun, non seulement une telle décision théorique de la part de Marx n’est pas forcement d’ordre messianique12, mais « tout opérationnel et pragmatiste qu’il soit, cet imaginaire prolétarien n’en est pas moins un imaginaire. En conséquence, l’imaginaire reste une détermination inhérente à la conscience sociale, fût-ce sous la forme la plus émancipée (…). Elle consiste à représenter l’idéal révolutionnaire, c’est-à-dire à lui conférer une forme sensible pour la conscience révolutionnaire et l’orienter dans l’espace de la praxis »13.

15En somme, la dé-hystérisation de l’histoire (l’hystérique souffrant de « réminiscences », pour Freud, tout comme le sujet de l’histoire pour Marx), n’implique pas l’effacement de tout problème du travail du fantasme, de l’imago, de la répétition imaginaire ou idéologique, au sein d’une subjectivation politique qui serait ainsi capable d’assumer pleinement, objectivement, les séquences révolutionnaires passées. On pourrait même se demander de quelle rationalité symptomatologique pourrait relever une telle avancée… non pas pour faire signe vers une quelconque psychopathologie du marxisme (très en vogue, bien que fort plate, dans la propagande anticommuniste) mais pour ne pas céder à la tentation d’une forclusion du problème de l’imaginaire idéologique dans la prise en compte marxienne du problème de la répétition dans l’histoire.

16Le diagnostic sur les tâches de l’histoire à venir n’exclut à aucun moment la nécessité de concevoir la prédisposition de tout sujet à suppléer son inconsistance socio-politique, à l’idéaliser, à en faire le retour spectral d’un modèle déjà inconsciemment expérimenté. C’est bien pour cela que l’écriture conjoncturelle de l’histoire chez Marx ressemble en effet à la poétique goethéenne du Bildungsroman, le « roman de formation ». Car, pour reprendre la métaphore animalière employée par Marx à propos du hiatus entre Napoléon Bonaparte et Louis Bonaparte, tout envol de « l’aigle » de l’histoire demeure au risque d’un croassement de « corbeau ».

Haut de page

Notes

1 P.-L. Assoun, Paris, PUF, 1978, rééd. coll. « Quadrige », 1998.

2 Ibid., p. 64-67.

3 Ibid., p. 161.

4 Ibid., p. 222.

5 K. Marx, Le Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte (1848), tr. fr. G. Chamayou, Paris, Flammarion, 2007, p. 198-199.

6 Assoun rappelle qu’il existe aussi une source plus secrète de cette célèbre maxime : dans un passage De l’Allemagne, Heinrich Heine déclarait, à propos du rapport entre la Critique de la raison pure de Kant, et sa Critique de la raison pratique ( !) : « Après la tragédie vient la farce ! ». Voir P.-L. Assoun, Marx et la répétition historique, op. cit., p. 121 et suiv.

7 K. Marx, Le Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte, op. cit., p. 188.

8 Voir P.-L. Assoun, Marx et la répétition historique, op. cit., p. 203-218.

9 K. Marx, Le Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte, op. cit., p. 50-53.

10 Ibid., p. 55. Tout Spectres de Marx de Jacques Derrida tourne autour de la difficulté d’une telle distinction, ou d’une telle alternative, qui demeure indécidable. Voir aussi J. Derrida, Marx & Sons, Paris, PUF-Galilée, 2002.

11 Voir P.-L. Assoun, Marx et la répétition historique, op. cit., p. 215 et suiv.

12 Ibid., p. 259 et suiv.

13 Ibid., p. 217.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Livio Boni, « L'aigle et le corbeau », Cahiers du GRM [En ligne], 1 | 2011, mis en ligne le 28 mars 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://grm.revues.org/148 ; DOI : 10.4000/grm.148

Haut de page

Auteur

Livio Boni

Membre du GRM, docteur en psychopathologie et psychanalyse, travaille sur Gramsci depuis maintenant une dizaine d’années, au sein de l’International Gramsci Society, et a notamment participé à la rédaction d’un “Dizionario Gramsciano” internazionale (Carocci, 2009). Ses recherches portent par ailleurs sur l’esthétique freudienne et post-freudienne, l’anthropologie clinique et la question du sujet dans la pensée contemporaine. filosofare@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© GRM - Association

Haut de page
  • Revues.org